For the International Ibsen award 2010

For the International Ibsen award 2010

Dr. Ouriel Zohar, Theatre du Technion, Haïfa, Israël

 

 

Authentique « Sabra » né en Israël dans l’idéalisme du Kibboutz, Ouriel Zohar est dès sa jeunesse amené à faire expérience de la scène théâtrale et à prendre conscience de l’impact de cet art total sur la vie. Pendant ses études philosophiques et en art dramatique, Il fait une rencontre d’amitié avec l’acteur palestinien déterminante pour sa vision de la paix et de la coexistence entre les peuples.  Sous forme romancée il a raconté son expérience dans son livre « Les Géants et les Enfants du Soleil »

 

Son théâtre se définit par l’ouverture, la paix et la fraternité.

- Ouverture car il veille à intégrer chaque élément de l’instant présent : être, situation, objet, lieu, dans une improvisation divinement orchestrée qui devient mise en scène.

- Son théâtre comme vecteur de Paix : dès la 1ère Intifada (guerre des pierres) de 1987 il a pris part avec son épouse défunte au processus de paix par les moyens du théâtre  en utilisant également l’interprétation des rêves. Les élèves acteurs se sont retrouvés pour vivre ensemble sur scène et en dehors de la scène. Ces souvenirs sont relatés dans le livre de Martine Zohar « Ma vie en Israël à la Lumière des pins parasols » qui vient d’être édité aux éditions Persée.

http://www.editions-persee.fr/beta/article2.php?sid=8478

 

Dans les années  90 Il a fondé à Haïfa le Théâtre du Technion, dans la plus célèbre Université Technologique d’Israël. Il y enseigne à de futurs scientifiques de haut niveau toutes les disciplines liées au théâtre : écriture, jeu, direction etc, apportant à la rigueur de l’esprit scientifique une dimension affective et sensible. Il a monté et dirigé plus de 60 pièces avec ses étudiants et participé à des Festivals universitaires de renom .

Ses mises en scènes l’ont amené à fréquenter aussi bien les auteurs classiques : Shakespeare, Molière que des auteurs modernes engagés («  La Palestinienne » de Joshua Sobol), Il n’hésite pas à expérimenter des textes aux antipodes de sa vision (« Sexe mensonges et video » de Hanok Levine) ainsi que des créations de ses élèves : « Sod »(le secret), « chaines transparentes ». Egalement les auteurs classiques Israéliens ;: le Dibbouk.

http://humanities.technion.ac.il/Performing Arts.htm

 

Grand spécialiste et admirateur de Peter Brook, sur lequel il a écrit un livre en hébreu, il est comme lui un être collectif à la vision universelle.

 

Il communique à ses acteurs sa force tranquille et une infinie patience pour faire jaillir « la fleur du secret » dans l’âme humaine

Mais cette grande liberté laissée à l’interprétation demande en échange un engagement total de la part de l’acteur qui partage avec le public, sur scène le plus intime de son secret. Ce faisant OZ obtient deux réactions simultanées :

-       la catharsis du public qui vit collectivement un processus purificateur

-       -l’auto-thérapie de l’acteur dont les affects sont pacifiés à travers le drame qui se joue.

 

C’est pourquoi son théâtre est médical et a pour but ultime de guérir. Il plonge ses racines dans le plus pur processus cathartique du théâtre grec antique

 

Il vient de monter la pièce d’Ibsen « Un ennemi du Peuple «  avec deux troupes différentes : une troupe Parisienne et une troupe israélienne, et dans une facture, une vision différente ; ces deux spectacles ont participé à plusieurs rencontres internationales et les faire jouer simultanément en français et en hébreu dans un Festival serait un hommage vibrant à ce grand créateur qu’est Ibsen.

http://www.youtube.com/watch?v=nC1z3JWfYSg&feature=email

http://picasaweb.google.fr/babaiah7/UnEnnemiDuPeuple25RITULiGeFVrier2008?feat=directlink